Le projet

Une résidence au long cours - une rencontre entre arts et sciences

En quelques mots

Le monde du silence…
L’univers sous-marin n’est définitivement pas un monde du silence... et ce qu’on y entend a beaucoup à raconter. Pour la science d’abord, des frottements d’antennes servant à la communication entre crustacés, aux moteurs des bateaux portant sur plusieurs kilomètres, sans oublier les crissements d’iceberg ou ce bruit de l’eau qui coule – témoignage d’une fonte régulière – la recherche se penche sur cette composante des écosystèmes marins parfois oubliée en écologie marine.

Une résidence art-science sur la durée
Ces paysages sonores sous-marins interpellent aussi les artistes.
La Carène, salle des musiques actuelles de Brest métropole, a démarré en 2018 une résidence au long cours entre artistes et chercheurs (en laboratoire, sur le terrain, en milieu scolaire, dans les lieux de musiques actuelles…), en partenariat étroit avec le laboratoire franco-québecois BeBEST, qui oriente désormais une partie de son travail de recherche en écologie autour de ces sons sous-marins.

Une matière première sonore inédite
Aux côtés de nombreux partenaires, La Carène a dès le début du projet fait appel aux talents de trois artistes musiciens, mais pas seulement – Maxime Dangles, François Joncour et Vincent Malassis. Ils ont pris le temps de s’approprier ces sons, de les analyser, les décrire et ils se sont immerger dans des environnements sonores souvent inédits.
La matière première récoltée et travaillée, avec d’autres artistes associé.e.s, devient matière de création de concerts audiovisuels, immersifs ou plus classiques, et de spectacles.

Sensibilisation de tou.te.s
La nature pluridisciplinaire de la démarche, la multiplicité des entrées vers un tel projet, et la diversité et le nombre de partenaires (culturels et scientifiques) nous conduisent à imaginer différents axes d’actions culturelles, tout au long du projet.
Il s’agit de construire un projet de démocratisation scientifique et artistique que nous ne souhaitons ni jargonnant ni trop élitiste.
Les récits des semaines Cool Bus SONARS, de la résidence en milieu scolaire à l’école primaire du Forestou à Brest, des formations pour les enseignants du second degré,… seront à retrouver dans le Journal de bord.

Les origines du projet

La volonté d’un laboratoire scientifique de s’associer à la création artistique
Le Laboratoire International Associé (LIA) BeBEST, franco-québecois, centré sur l’écologie benthique de milieux extrêmes, soutenu par l’UQAR (Université du Québec à Rimouski), le CNRS et l’UBO (Université de Bretagne Occidentale), a été fondé par une équipe de chercheurs, dirigée notamment par Laurent Chauvaud à I’Institut universitaire européen de la mer (IUEM) à Brest.

A l’origine de la création de ce laboratoire, une prise de conscience au retour de la troisième mission polaire sur la base de Dumont d’Urville qui a opéré comme une rupture : forts d’une expérience de 350 plongées sous glace, les scientifiques ont fait le constat plein de remords de leur évidente incapacité à témoigner du choc esthétique éprouvé dans ces missions, ainsi que de l’éminence d’une catastrophe écologique enclenchée, avec la disparition d’écosystèmes polaires somptueux. Ce groupe a alors décidé d’associer production artistique et travaux en écologie, en invitant des artistes en résidence polaire sur la base de recherche.

Les membres de BeBEST ont depuis effectué de nombreuses missions en Antarctique et en Arctique.

A sa création, le LIA BeBEST a donc souhaité expérimenter les liens entre arts et sciences, recherche et création, sur la base des études interdisciplinaires, et grâce aux nombreuses opportunités de collaborations offertes entre artistes et chercheurs.

Et c’est désormais vers le son, et naturellement la musique, que le laboratoire s’oriente…

La recherche en acoustique

Une grande partie du travail de recherche scientifique au sein du LIA BeBEST repose sur les méthodes de l’acoustique passive. Les biologistes de BeBEST enregistrent des sons à l’aide d’hydrophones (microphones sous-marins) synchronisés sur un enregistreur large bande. Ce matériel peut être déployé in aquaria lorsque les expériences cherchant à définir le comportement des animaux sont menées.

In fine, lorsque la phase expérimentale dite de calibration est achevée, ils réalisent les expériences in situ. Les sons enregistrés sont ceux des animaux marins, mais également ceux des activités humaines et de la mer elle-même (vague, houle, courant, pluie, craquement de la banquise,…). Un chorus est alors enregistré et cela tant en milieux tempérés que polaires. Ces sons représentent une matière précieuse, originale et inédite, pour des créateurs musicaux.

Après avoir embarqué des plasticiens, vidéastes et photographes dans leurs expéditions, c’est du côté du travail sonore, mais aussi visuel, que le projet prend corps. L’équipe de BeBEST, épaulée par l’UBO et la société de production scénographique Fovearts, a donc naturellement pris contact avec La Carène en 2016, notamment pour la mise en son d’une exposition, Arctic Blues, rendant compte de toutes les expériences artistiques du laboratoire.

La naissance du projet SONARS

C’est de cette rencontre qu’est né un projet plus large et inscrit dans la durée : SONARS. Au-delà de l’exposition, pour laquelle des artistes musiciens créeront une partition sonore, c’est une résidence chercheurs-musiciens qui démarre.

Les échanges entre La Carène et le laboratoire, mais aussi l’association brestoise Kuuutch, associée à une précédente résidence avec BeBEST, ont rapidement fait émerger le potentiel d’un tel travail, et sa pertinence à s’inscrire à Brest, mais plus largement sur le territoire français, dans un axe France-Québec.

Rapidement, la collaboration entre BeBEST et La Carène, et au travers elle une communauté culturelle très ouverte à Brest (centre d’art Passerelle, festival et label de musiques électroniques Astropolis, aquarium et espace de culture scientifique Océanopolis, Les Ateliers des Capucins, ensemble de musique contemporaine Sillages...) et ailleurs (Stereolux à Nantes, La Cordonnerie à Romans sur Isère, les Champs Libres à Rennes) est devenue un net atout pour la transmission vers le grand public : expositions, concerts, médiation, résidences en milieu scolaire, ateliers itinérants... sont programmés au fil de l’évolution de SONARS.

Contact


Envoyer un message

Téléphone

02 98 46 66 00

Adresse

La Carène, Salle des musiques actuelles